Japon – Mai 2018

Ma formation auprès de Carlos Pereira s’est achevée mi-juin.
Au mois de Mai, Carlos, ma collègue de formation et moi-même sommes partis pendant trois semaines au Japon afin de prendre connaissance des projets menés là-bas.

Avant de parler de ce séjour il me faut tout d’abord revenir aux origines du projet principal :
en 2014 Carlos Pereira rencontre le professeur Tetsuro Matsuzawa, primatologue de renommée internationale et alors directeur du Primate Research Institute – Université de Kyoto. Impressionné par ses travaux avec les chimpanzés Carlos s’aventure à lui demander si d’après lui de telles recherches pourraient également être menées avec les chevaux. La réponse de Monsieur Matsuzawa est simple : « je ne sais pas, essayons! ». Quelques mois après cet échange le PRI recrutait un cheval et deux ponettes dans une petite structure équestre proche du PRI et le professeur Masaki Tomonaga commençait les premiers tests avec les écrans tactiles.

Dans le même temps, afin de compléter les recherches en laboratoire avec une approche de terrain (indispensable selon la vision de l’approche scientifique par les Japonais et ils ont raison!) un site d’observation des chevaux en conditions naturelles était choisi au nord du Portugal, Serra d’Arga.
Aujourd’hui une équipe japonaise part chaque année plusieurs mois observer les chevaux et plusieurs élèves (2 post doctorat et 2 doctorants) dédient leurs recherches à leur étude.

Photos © Lucie Seuret (www.flickr.com/photos/lucie-seuret)

Notre séjour Japonais au mois de Mai avait pour objectif de rencontrer une partie de l’équipe japonaise travaillant sur le projet, voir les expériences menées en laboratoire avec les chimpanzés et les poneys ainsi que d’en apprendre davantage sur la culture japonaise et les rapports entretenus au singe et au cheval.
Pendant dix jours nous avons assisté aux tests que les chimpanzés font quotidiennement dans la section Langage et Intelligence de l’institut. Ces tests ont pour principal objectif de réaliser des études en sciences cognitives et d’en apprendre davantage sur le langage non-humain et humain. Les chimpanzés ont entre 18 et 52 ans et vivent en deux groupes séparés et mixtes dans des espaces clos recréant au mieux leur environnement naturel.

(https://langint.pri.kyoto-u.ac.jp/ai/en/publication/JieGao/Gaojie2017-Primates.html)

Les trois poneys font aussi quotidiennement (environ 10min/jour/cheval) une série de tests. Il s’agit également de comprendre leurs capacités cognitives. Parallèlement à cela les poneys participent à de petites activités équestres auprès d’enfants et d’adultes débutants. Les poneys sont dans des boxes, pieds nus et profitent quotidiennement ensemble de la carrière comme d’un paddock.
(Au Japon l’espace disponible pour accueillir des chevaux et des installations équestres est très restreint, les chevaux sont donc rares, seul le nord du pays offre de grands espaces qui permettent d’accueillir la majeure partie des élevages du pays, chevaux pur-sang essentiellement destinés aux courses.)

Autre découverte du séjour, nous avons eu la chance de rencontrer des maîtres de Yabusame, l’art du tir à l’arc à cheval. Une initiation nous a été donné et les échanges furent passionnants. Encore présente lors de cérémonies shinto importantes cette pratique compte peu d’adeptes, encore une fois à cause du peu de chevaux à disposition mais également parce que la tradition se perd, laissant la place à une pratique de la discipline davantage tournée vers le sport.

Quelques semaines avant de partir pour ce séjour j’apprenais qu’un stage auprès des chevaux et à l’institut de primatologie serait possible pour moi dans l’été. J’ai donc refais mes valises deux mois après pour trois mois de stage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *